28/11/2017

La Newsletter Service Public #1

SEWAN, expert dans l’accompagnement des administrations et des collectivités territoriales dans leur transformation digitale. Ceci est notre première lettre d’information pour accompagner la numérisation du service public.

Sujet #1 : Fin du RTC

 

1. Qui est concerné ?

En matière de téléphonie, coexistent en entreprise des accès Numéris branchés sur l’autocommutateur (PABX), plus des lignes analogiques ou numériques directes. C’est ce qu’on appel le réseau RTC.

Le réseau RTC est souvent utilisé pour la transmission de données bas débit, ne serait-ce que pour le fax encore largement répandu dans les établissements et services publics. Les équipements de télésurveillance, mais aussi les terminaux Carte Bleue ou les machines à affranchir s’appuient également souvent sur le réseau téléphonique commuté. Sans oublier les applications bas débit dans des environnements industriels comma la télécommande de machine industrielle, ou la télémesure…

Selon une étude réalisée sur les usages des lignes RTC, la répartition est la suivante :

 

Usages RTC

 

 

Dans une collectivité territoriale, les lignes analogiques représentent 50 % du parc téléphonie et 70 % de la facture. La proportion de lignes indépendantes est nettement plus importante dans les collectivités territoriales que dans les entreprises.

L’arrêt du RTC aura donc des conséquences importantes pour les collectivités publiques, car ce sont les plus grandes utilisatrices de lignes analogiques et Numéris, au contraire des entreprises privées.

Vous trouverez ci dessous le calendrier prévisionnel de l’arrêt du RTC :

 

Qu’est ce qui justifie cet arrêt ?

Orange a annoncé le 18 février 2016, qu’il allait procéder à l’arrêt du réseau historique d’acheminement des communications téléphoniques, le Réseau Téléphonique Commuté (RTC). Construit autour des années 80, le réseau téléphonique commuté (lignes analogiques et numériques) est basé sur une technologie en fin de vie.

Par ailleurs, la communication tendant à migrer vers de la Voix sur IP (VoIP) de bout en bout, il devient possible d’enrichir le service de téléphonie classique (communication voix) d’autres services complémentaires au sein de ce qu’on appelle les communications unifiées : présentiel (indicateur de présence), messagerie instantanée, outils de téléconférence (audio., web. et visio-conférence), outils collaboratifs, etc. Une seule interface permet alors d’atteindre les interlocuteurs via de multiples canaux, au sein desquels la Voix devient un médium parmi d’autres. Cela pour permettre de nouvelles formes de travail et de mobilité (travailler de chez soi par exemple en bénéficiant des outils de communication de l’entreprise via un softphone), ou pour développer la productivité des salariés : multiplier les contacts et rendre ceux-ci plus efficaces (en évitant par exemple de joindre un interlocuteur lorsqu’il n’est pas disponible via l’indicateur de présence).

Dans ce cas de figure, il s’agit moins de faire des économies que d’enrichir le système de communication des entreprises et administrations.

Concernant la réduction des coûts : la VoIP est en effet moins cher. Il faudra revoir les infrastructures, et notamment centraliser les accès télécoms multi-sites. On peut escompter une réduction significative des coûts télécoms de l’ordre de 20 % sur la facture avec de la VoIP.

L’arrêt du RTC n’est qu’un aspect d’une série de mutations qui vont affecter les communications d’entreprises à court et moyen terme.

– L’essor du très haut débit d’une part avec le développement de la fibre optique,

– Le déplacement du centre de gravité du téléphone fixe vers le téléphone mobile,

– L’essor de solutions de communication dans le cloud,

– Et enfin, le développement de solutions de communications unifiées.

 

2. Quelles sont les alternatives pour les collectivités territoriales et les administrations ?

Les services qui vont être interrompus servent à de multiples usages. Il est nécessaire d’effectuer une analyse des usages pour proposer la solution la plus adéquate. Plusieurs solutions techniques sont envisageables. Aucune ne répond complètement à tous les usages des services actuels. A partir d’un recensement du parc, de l’analyse des consommations et de campagnes de classification, il est possible de déterminer l’usage du service.

A partir de cette analyse, Sewan est en capacité de proposer des nouveaux services. Le tableau suivant résume les différentes possibilités pour vous accompagner dans le cadre de ce projet majeur :

Existant Solution
Ligne analogique – Usage voix ADSL + Box
Ligne T0 – Usage Visionconférence Poste IP en Centrex ou avec passerelle fixe
Ligne T0 – Usage voix Solution VPN/Internet ou Cloud
Usage TPE Solution MtoM
Usage Fax Solution Fax to Mail
Usage télé-relève Solution MtoM
Usage téléalarme Solution MtoM

.

3. Avis d’expert : Quand et comment anticiper la fin du RTC : avantages et inconvénients 

La migration vers la téléphonie sur IP doit être bien préparée, en étant accompagné, autant que possible, par un professionnel qui puisse proposer divers scénarios (IPBX ou pas, lien avec la téléphonie mobile ou pas, ‘trunk SIP’, etc.).

Un inventaire de l’existant s’impose. Dans certaines organisations, grandes ou moyennes, c’est une excellente occasion de revisiter les installations en place.

 

Sujet #2 : Sewan accompagne le secteur public depuis 10 ans

 

Sewan est présent depuis plus de 10 ans auprès des acteurs publics en fournissant des solutions telecoms et Cloud de dernière génération. En 2017, la société vient de passer le cap des 50 000 clients entreprises et clients publics et 500 000 utilisateurs finaux.

Sewan en chiffres : 77 M€ de CA en 2017 (attendu), 300 collaborateurs, 20 000 liens d’accès déployés, 400 000 utilisateurs de nos solutions voix et 500 millions de minutes.

 

Sujet #3 : Success Story – CDG77

 

Le Centre de Gestion de Seine et Marne est un établissement public local administratif spécialisé et dirigé par un conseil d’administration composé de 24 élus locaux. Il a une compétence territoriale qui s’étend sur l’ensemble du département. A ce titre, plus de 800 collectivités locales et établissements publics dont 507 communes et 320 établissements publics, employant 21 000 fonctionnaires titulaires et stagiaires, y sont affiliés.

A la suite d’un marché arrivé à son terme, le CDG77 a procédé à une mise en concurrence afin d’optimiser ses services de télécommunications fixes et accès Internet. Les usages télécoms représentent pour le CDG77, un enjeu stratégique, indispensable à son bon fonctionnement.

C’est tout naturellement que le CDG77 a choisi Sewan pour mettre en place une liaison haut débit (fibre optique 20 Mb/s) et installer la téléphonie sur IP (80 postes téléphoniques avec services associés) pour tous les agents du CDG77 en un temps record. Sewan a su plus particulièrement les accompagner pour la mise en place d’une solution de Serveur Vocal Interactif avec une trentaine de branches.  Les appels entrants sont mieux qualifiés et traités efficacement pour être orientés vers la bonne information, le bon interlocuteur ou une messagerie vocale. Cela leur a permis d’améliorer l’efficacité et la qualité de leur accueil téléphonique.

Le conseil et l’expertise des équipes techniques et commerciales de Sewan ainsi que sa capacité à gérer tous ses besoins réseaux et télécoms, ont été décisifs dans le choix du centre de Gestion de Seine et Marne.

Au-delà de son expertise technique, Sewan fait également la différence par sa capacité à accompagner ses clients avec une agilité et un fort engagement de ses équipes à taille humaine. Cette force a permis de bâtir une relation à la fois personnalisée et privilégiée avec le Centre de Gestion de Seine et Marne.

 

N’hésitez pas à contacter l’équipe Sewan pour plus d’info ou pour discuter avec nos experts !